Horaire
d'automne

Consulter
Enquête Origine-Destination 2017 - EOD2017 En savoir plus Fermer l'alerte
Horaire de Fêtes 2017-2018 - Transport en commun régulier En savoir plus Fermer l'alerte
Horaire de Fêtes 2017-2018 - Transport adapté En savoir plus Fermer l'alerte
Toutes les nouvelles

Nouvelles

LA STLÉVIS RECTIFIE CERTAINES DÉCLARATIONS DU PRÉSIDENT DU SYNDICAT DES CHAUFFEURS

22 Août 2017 - 18:30

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Pour diffusion immédiate

LÉVIS, le 22 août 2017 – Pour faire suite aux nombreuses déclarations des derniers mois du président du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud, monsieur Stéphane Girard, qui a porté la négociation de la convention collective sur la place publique, la Société de transport de Lévis considère qu’elle est maintenant dans l’obligation de répondre et de rectifier les faits.

« Jusqu’à présent, nous avions choisi volontairement de ne pas commenter, afin de ne pas jeter d’huile sur le feu », déclare monsieur Michel Patry, président de la STLévis. « Nous voulions favoriser la négociation directe entre les parties. Ainsi, nous nous étions plutôt limités à rappeler publiquement au président du Syndicat l’importance de prolonger la période de négociation afin de privilégier une entente et d’éviter une grève. Nous l’invitions également à convenir de services essentiels en cas de grève pour ne pas prendre les usagers en otage, dont les nombreuses écoles que nous desservons », ajoute-t-il.

En effet, la STLévis considère que c’est ce qu’aurait dû faire monsieur Stéphane Girard s’il avait été de l’intention réelle du Syndicat de négocier et d’en arriver à une entente dans l’intérêt du public, des usagers et des chauffeurs. « Nous avons ouvert la porte au président du Syndicat et il l’a refermée. On n’a pas besoin de négocier jour et nuit comme il l’a prétendu, il suffit simplement de prolonger la période de négociation comme la loi le permet. Ironiquement, c’est pourtant cette même loi qu’invoque monsieur Girard pour justifier une grève, ce qui démontre qu’il souhaite plutôt un conflit », de déclarer monsieur Patry. D’ailleurs, la STLévis déplore le fait que le Syndicat vient de décider d’annuler la dernière journée prévue ce vendredi pour la négociation, préférant plutôt préparer la grève.

La STLévis juge qu’une grève aura des effets néfastes sur le service et l’achalandage qu’elle a réussi à augmenter au cours des dernières années. Alors que la STLévis était sur la bonne voie, une grève aura pour effet de prendre la clientèle en otage et de l’obliger à se tourner vers d’autres moyens de transport et de fragiliser l’offre de services et les emplois de la STLévis. « Ainsi, les écoles avec lesquelles nous tentons de développer un nouveau marché et qui donnent actuellement du travail à une douzaine de conducteurs permanents dans le cadre de contrats de transport scolaire intégré, nous ont déjà informés qu’elles avaient un plan «B» en cas de grève. Nous ne pouvons malheureusement prédire quels seront les effets d’une grève à long terme sur ces contrats », déplore le directeur général, Jean-François Carrier. La STLévis avait d’ailleurs informé par écrit le Syndicat, il y a plus d’un mois, de ses craintes à ce sujet, des enjeux et de l’importance des emplois qui y sont reliés.

La STLévis rappelle au président du syndicat qu’il est inexact d’affirmer qu’il s’agirait d’une première grève du transport en commun à Lévis. « Deux grèves antérieures ont eu lieu en 1980 et en 2001, lesquelles ont duré entre trois et neuf mois », rappelle le directeur général, monsieur Carrier.

« Au cours des prochains jours et des prochaines semaines, la STLévis communiquera donc l’autre côté de la médaille à la population, car il est important que celle-ci comprenne les véritables enjeux et ce que l’on défend. En fin de compte, nous avons l’obligation de gérer de façon responsable les fonds publics qui nous sont confiés et de respecter la capacité de payer des usagers et des contribuables. C’est ce que nous défendons actuellement », termine monsieur Patry.

La STLévis informera la population sur les alternatives de transport en commun qui existent toujours, notamment par le biais du contrat de sous-traitance avec Autocars des Chutes et de tout contrat de sous-traitance supplémentaire qu’elle pourrait convenir.

La STLévis réitère son appel au Syndicat de prolonger la période de négociation et de convenir de services essentiels.

Finalement, la STLévis demande à sa clientèle et la population de faire preuve de patience et de demeurer fidèle puisque c’est de leur intérêt dont il est question.

– 30 –

Source : Jean-François Carrier
Directeur général
SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LÉVIS
418-837-2401
Haut de page